Quelle fiscalité pour un intérimaire belge à l’étranger ?

Travailler à l'étranger
Il arrive fréquemment que dans les régions frontalières, une personne soit engagée par une entreprise de travail intérimaire belge et qu’elle soit ensuite mise au travail dans une entreprise située à l’étranger. C’est parfaitement possible et légal à 100% mais cela occasionne régulièrement des difficultés en matière de fiscalité.
Les pays étrangers considèrent cette entreprise de travail intérimaire belge comme un employeur ayant un siège dans leur propre pays. L'intérimaire est dès lors imposable dans le pays étranger et non pas en Belgique. 

Quelle précompte professionnel pour un intérimaire belge à l’étranger ?

Souvent l’entreprise de travail intérimaire belge n’est pas au courant de cette réglementation et prélève indûment un précompte professionnel en Belgique.
Lors de la déclaration d’impôt, le précompte professionnel prélevé en Belgique doit être récupéré auprès du ministère des Finances et une déclaration de revenus doit être effectuée à l’étranger. 
Dans ce cas, le travailleur intérimaire peut perdre beaucoup d’argent et de temps pour effectuer toutes ces diverses démarches. De plus les impôts sont en général nettement moins élevés à l’étranger qu’en Belgique.
Ainsi, à titre d’exemple, le précompte professionnel pour un travailleur ayant un salaire brut de 2.000 euros (isolé) s’élèverait à 400 euros par mois en Belgique, contre environ 70 euros aux Pays-Bas !
Dans la situation décrite ci-dessus, l’entreprise de travail intérimaire belge peut continuer à prélever des cotisations pour la sécurité sociale belge.
Le conseil syndical:
En cas de détachement à l’étranger, contactez-nous via notre formulaire. Vous serez conseillé par nos collègues responsables pour les travailleurs frontaliers.