Affiliation

Vos avantages:

  • Service personnalisé
  • Information et aide juridique
  • Conseils de carrière
  • Un syndicat fort et solidaire
Je m'affilie
   

Maladie et accident de travail

Nombreux cas juridiques concernent le salaire garanti en cas de maladie. Les conditions d’ancienneté, l’intransigeance des boites d’intérim, l’envoi systématique du médecin-contrôle, les exemples se sont multipliés pour accabler encore davantage les intérimaires.
En général, les intérimaires ont des contrats à la semaine ou à la journée. Or, le salaire garanti en cas de maladie n’est valable que jusqu’à la fin du contrat. En pratique donc, les agences n’ont aucun intérêt lucratif à prolonger ou à proposer des nouveaux contrats dès que l’intérimaire est malade. Pire, quelquefois, les agences essaient de raccourcir les contrats prévus en retirant les déclarations DIMONA pour les jours où l’intérimaire, pourtant sous contrat, devait normalement travailler.
La législation sur le salaire garanti est assez compliquée parce qu’elle varie en fonction de l’ancienneté de l’intérimaire dans l’entreprise, et également en fonction du statut d’ouvrier ou d’employé. Par rapport aux travailleurs fixes, les intérimaires sont tout à fait désavantagés par ce système, et incités à travailler même quand ils sont malades.
Exemple: Mohammed travaillait de nuit dans une usine comme intérimaire avec des contrats à la semaine.  Vers 5h du matin, il ne sent pas bien mais décide tout de même de continuer à travailler jusqu’à la fin de sa pause de travail, à 6 h du matin . Il prévient directement son employeur et avertit également, dès 6 heures du  matin, qu’il ne se sent pas bien et qu’il ne pourra probablement pas travailler le soir à 22h. Rentré chez lui, il commence sa nuit et ne se réveille que vers 17h, heure à laquelle il avait prévu d’aller voir son médecin traitant. En partant chez le médecin, il découvre un document dans sa boite aux lettres disant que le médecin contrôle était passé à 14h15, et que personne n’a répondu. Par conséquent, l’agence d’interim, s’appuyant sur le règlement de travail, a refusé de lui payer le salaire garanti de la semaine. En effet, le règlement de travail prévoit la visite du médecin entre 14h et 18h. Mohammed aurait mieux fait d’avertir au dernier moment, après être passé chez son médecin. En voulant être correct avec son employeur et avec l’agence, il a été sanctionné. Pas de pitié pour les intérimaires!

Download onze 10 tips