Affiliation

Vos avantages:

  • Service personnalisé
  • Information et aide juridique
  • Conseils de carrière
  • Un syndicat fort et solidaire
Je m'affilie
   

Je travaille avec des contrats journaliers, est-ce normal?

Les contrats journaliers sont uniquement autorisés à des conditions spécifiques et si l’entreprise peut justifier le recours à ce type de contrats à l’aide de chiffres. En outre, l’entreprise est obligée d’informer et de consulter le conseil d’entreprise/la délégation syndicale chaque semestre sur l’utilisation de contrats journaliers successifs. A défaut de délégation syndicale dans l’entreprise, l’entreprise doit transmettre ces informations au Fonds social pour les intérimaires.
Les contrats journaliers successifs sont des contrats intérimaires auprès de la même entreprise utilisatrice, d’une durée de maximum 24 heures et qui se succèdent ou sont tout au plus séparés par un jour férié ou un jour ordinaire d’inactivité dans l’entreprise utilisatrice.

Une situation d’incertitude

Le recours aux contrats journaliers successifs est réglementé par la convention collective de travail (CCT) n°108 de 2013. La législation relative au recours aux contrats journaliers successifs a été durcie pendant l’été 2018. Les contrats journaliers (successifs) créent de l’incertitude. Le travailleur intérimaire ne sait jamais quand il devra travailler et n’est jamais sûr de son revenu. La CSC veut mettre fin à cette situation!
Vous travaillez pendant une longue période avec des contrats journaliers (successifs) dans la même entreprise? Il est possible que vous ayez droit à un contrat à plus longue durée. Contactez un délégué syndical CSC dans votre entreprise ou votre centre de services CSC.

Jamais dans le secteur de la construction

Les contrats journaliers sont interdits dans le secteur de la construction. Le secteur de la construction impose encore d’autres contraintes. Ainsi, les entreprises de construction ne peuvent pas avoir recours à des travailleurs intérimaires pour remplacer des travailleurs fixes en chômage temporaire, ni en cas de suspension (congé, repos compensatoire,…). 

Encore des questions?

Plus d’info sur vos droits ? 

Trouvez les réponses à vos questions dans le Guide du travailleur intérimaire.