La concertation sociale est-elle nécessaire?

Une excellente concertation est essentielle pour dégager de bonnes solutions pour tous. Dans des entreprises où il y a une concertation sociale,  il y a davantage d'emplois fixes, plus de contrats à durée indéterminée, moins de travail temporaire, mois de travail intérimaire, moins de licenciements. Il y a également moins de différences entre les salaires des hommes et des femmes.

Pourquoi faut-il une concertation sociale?

Chaque entreprise et institution est différente. Dans certaines, la concertation y est efficace entre l'employeur et les travailleurs, les militants y sont écoutés. Ils ont toutes les chances de dégager d'excellentes propositions et solutions.
Dans d'autres, les travailleurs se heurtent à l'incompréhension lorsqu'ils s'expriment ouvertement sur leur expérience ou lorsqu'ils défendent leurs collègues. Dans ce contexte, les militants peuvent démontrer qu'il est dans l'intérêt de tous – y compris de l'employeur – d'instaurer un bon dialogue entre l'employeur et les travailleurs. 
Une excellente concertation est essentielle pour dégager de bonnes solutions pour tous car défendre les intérêts des travailleurs ne signifie pas que les intérêts de l'entreprise ne sont pas pris en considération. 
Souvent, l'échange d'informations entre l'employeur et les représentants du personnel contribue à faire évoluer l'entreprise. 

Quels sont les résultats?

Les personnes moins familiarisées avec la concertation en entreprise avancent parfois l'argument erroné selon lequel la concertation ne donne pas de réels résultats et qu'au final, c'est quand même souvent l'employeur qui prend les décisions, et pas les travailleurs, le Comité ou le Conseil d’entreprise. C'est ce que d'aucuns affirment parfois. 
Les faits sont tout autres. A partir des comptes annuels officiels et des bilans que les entreprises déposent à la Banque Nationale, il est possible d'apporter la preuve scientifique qu'il existe une différence entre les entreprises avec et sans concertation sociale.
  • On constate que dans les entreprises qui organisent des élections sociales, les salaires annuels bruts moyens sont supérieurs de 5.000 euros à ceux d'entreprises similaires qui n'organisent pas d'élections sociales. Mais on relève aussi d'autres différences: dans les entreprises avec élections sociales, les travailleurs ont beaucoup plus d'opportunités de suivre une formation. La différence varie de 10% à 30% dans certains secteurs. Toutes ces informations peuvent être obtenues à partir des chiffres communiqués par les employeurs dans leurs comptes annuels. 
  • Dans des entreprises où il y a une concertation sociale, il y a davantage d'emplois fixes, plus de contrats à durée indéterminée, moins de travail temporaire, moins de travail intérimaire, moins de licenciements. Il y a également moins de différences entre les salaires des hommes et des femmes.
  • En matière de bien-être au travail, il y a également de grandes différences: on relève moins d'accidents du travail, on est plus attentif au bien-être au travail. Ces observations cadrent également avec les constatations des services externes de prévention et de l'inspection sociale.
  • Dans les tribunaux du travail plus de trois quarts des procédures judiciaires intentées par la CSC contre des employeurs concernent des entreprises où la concertation est absente: les problématiques qui doivent être réglées par le juge dans les entreprises sans élections sociales sont résolues par la concertation dans les entreprises où des élections sont organisées. La conciliation est plus rapide et bénéficie davantage aux travailleurs et à l'employeur.