Les comités locaux CSC sur les rails

Les comités locaux CSC sur les rails

Les questions de mobilité intéressent beaucoup les militants des différents comités locaux de la CSC Mons-La Louvière. Au cours des derniers mois, le plan de réorganisation de la SNCB les a particulièrement mobilisés. La réouverture de la ligne Quiévrain – Blanc Misseron, les modifications du trafic TGV, la fermeture de plusieurs gares dont celle de Quiévrain, la suppression de plusieurs trains et de certaines liaisons ont été au centre des attentions. A Binche, par exemple, les étudiants qui rejoignent Louvain-la-Neuve par le rail ont rallongé leur trajet de 40 minutes. Et c’est le cas aussi de nombreux travailleurs qui n’ont que les transports publics pour se rendre au boulot. 
Au printemps dernier, les militants CSC de secteur de Binche – Chapelle ont écrit à la ministre Galant en charge à l’époque de la mobilité pour lui demander des aménagements en vue d’une meilleure desserte de leur région déjà fortement précarisée. Au cours des prochains mois,  ils vont s’atteler à recueillir un maximum de témoignages d’usagers et tout ce qui pourra convaincre le nouveau ministre Belot de revoir l’offre de service de la SNCB afin d’assurer un service public de qualité.  « Nous avons l’impression que certains responsables politiques sont conscients que le plan d’économie voulu par la Ministre Galant a été trop loin et qu’il convient de maintenir une offre de trains suffisante dans les régions rurales ou semi-rurales» estime Lorenzo Marredda, permanent de la CSC Mons-La Louvière. Des interpellations sont prévues dès la rentrée pour maintenir la pression.  
D’autres actions en faveur d’une mobilité plus efficace et plus durable en centre-ville seront également menées dans les prochaines semaines par les sections locales CSC de Mons, de Soignies et de La Louvière.

Les Grands Prés et Initialis : une enquête mobilité 

A Mons, l’arrivée d’Ikéa et l’extension du centre commercial voisin booste la fréquentation du site des Grands Prés. Quel est l’impact sur la mobilité des travailleurs du site? 
En février, le géant suédois du meuble en kit inaugurait son magasin montois où travaillent environ 350 personnes.  Adossés à la galerie commerciale et à un hypermarché Carrefour, Ikea et les quelque 100 magasins qui l’entourent visent une fréquentation de 8 millions de visiteurs par an. Pour accueillir tout ce monde, on n’a pas lésiné sur les moyens: nouvelle sortie d’autoroute, nouvelle bretelle, nouveaux ronds-points et environ 4.200 places de parking gratuites. A deux pas des Grands Prés, il y a aussi le parc Initialis qui regroupe plusieurs dizaines de PME spécialisées dans les nouvelles technologies et qui est lui-même aussi en plein développement.
Ces projets participent à la métamorphose de la Cité du Doudou qui rêve de redéploiement économique et social durable pour sa région. Un thème cher évidemment aussi à la CSC de Mons-La Louvière. Sa cellule mobilité a voulu se pencher d’un peu plus près sur ces questions de  développement, à travers une enquête sur l’impact de l’accroissement du trafic sur les travailleurs des Grands Prés et d’Initialis. 
«Nous voulons avoir une idée des conséquences de ce développement rapide de l’activité et des changements intervenus, notamment en matière de temps de déplacement. Pour ce faire, nous allons  récolter l’avis des travailleurs sur le plan de circulation et sur leurs éventuels souhaits d’alternatives à la voiture» souligne Lorenzo Marredda, permanent CSC.  «L’avis des usagers quotidiens nous sera très utile. Si les mesures mises en place sont appréciées, cela nous permettra de les proposer à d’autres zonings. Dans le cas contraire, nous interpellerons les autorités publiques. Notre objectif est aussi de convaincre l’ensemble des acteurs qu’ils ont un rôle à jouer en matière de mobilité durable».  
Cette action CSC sera menée dans le cadre de la Semaine de la mobilité.
Plus d’infos auprès de Lorenzo Marredda. Courriel : lmaredda@acv-csc.be