Pourquoi la CSC s’occupe-t-elle du climat ?

Le cœur des activités de la CSC, c’est la solidarité : la solidarité entre tous les travailleurs d’ici et d’ailleurs, mais aussi la solidarité avec les générations futures. Si nous voulons leur assurer un avenir, nous devons adopter des mesures très ambitieuses pour endiguer le réchauffement climatique, éviter l’épuisement des stocks de matières premières et des richesses naturelles et résoudre les problématiques environnementales. 
Pour relever ces défis du climat et de l’environnement, la CSC veut aller vers une transition socialement juste. 

Quels sont les défis auxquels il faut faire face ?

La dégradation de notre environnement impose une transition sociétale et économique majeure. Selon le Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), les pays développés doivent faire  baisser leurs émissions de gaz à effet de serre de 80 à 95% d’ici 2050. Cela suppose de revoir d’urgence notre modèle de développement économique actuel qui mène à des impasses sociales et environnementales.
La CSC tout entière est engagée dans ce combat avec la Confédération syndicale internationale et la Confédération européenne des syndicats.

Concrètement, que propose la CSC ? 

Tous ces thèmes ont été longuement discutés par l’ensemble des organisations de la CSC lors de son congrès de 2010, «Construisons demain »
La CSC y a pris plusieurs décisions concrètes qu’elle met en œuvre depuis lors : la CSC contribue à la lutte contre la précarité énergétique, contre le réchauffement climatique et elle collabore à l’action en faveur des énergies renouvelables et des emplois verts. 
Le congrès de la CSC wallonne, en avril 2013, a renouvelé cet engagement et lui a donné des orientations spécifiques, notamment en revendiquant la construction d’une politique industrielle wallonne structurante bas carbone. 

Pour quelles raisons la CSC plaide-t-elle en faveur des énergies renouvelables ?