A quoi sert l'assurance hospitalisation?

Assurance hospitalisation
Cette assurance paie totalement ou partiellement les frais qui sont normalement à la charge du patient après l’intervention de la sécurité sociale.  
Une franchise est généralement prévue dans la plupart des cas. 
Par exemple si le patient reçoit une facture d’hôpital de mille euros et que la franchise s’élève à cent euros, l'assurance hospitalisation paiera au maximum 900 euros.  
L'employeur est libre de moduler lui-même les avantages de l’assurance collective hospitalisation (quelles primes, quelles garanties, quels bénéficiaires externes à l’entreprise, quel âge maximum pour la famille, etc.). C'est pourquoi elle diffère d'une entreprise à l'autre.
Certaines entreprises prévoient d’étendre la couverture de cette assurance à des frais préopératoires ou postopératoires.  Dans de très rares cas, une couverture de tous les frais médicaux est prévue. 

Qui y a droit ? 

Toute personne qui reçoit un salaire mensuel régulier et qui travaille pour une entreprise qui a opté pour une assurance hospitalisation. En général le conjoint (ou cohabitant légal) et les enfants (jusqu’à leur majorité) sont également couverts. 

Qui paie quoi ?

L’employeur prend souvent en charge totalement ou en partie les primes dues pour cette assurance collective hospitalisation. 
Le montant dû mensuellement à la compagnie d’assurance peut être payé de trois manières:
  • Les primes de l'épargne collective hospitalisation sont pris en charge à 100% par l'employeur. Le salarié ne paie donc rien.
  • L'employeur et le salarié partagent le montant des primes. La proportion de chacun est établie librement sur base de la convention collective de travail.
  • Les frais sont pris en charge à 100% par le travailleur. L'employeur s'occupe de la partie administrative.

Que faire si vous changez de travail? 

Lorsque vous quittez votre employeur, vous pouvez poursuivre vous-même à titre individuel l’assurance hospitalisation collective sans devoir vous soumettre à un nouveau contrôle médical. Vous devez toutefois avoir été assuré sans interruption pendant au moins deux ans par une assurance hospitalisation.

En savoir plus