Budget 2015: Que devient la lutte contre les inégalités?

Enseignant
A l’examen de ce budget 2015, la CSC francophone (CSC wallonne et CSC bruxelloise) soulève un certain nombre de questions. «La Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé –comme l’a fait la Région wallonne- de ne remplacer qu’un fonctionnaire sur cinq. Cette mesure suscite des craintes sur la qualité des services rendus et même sur la pérennité de plusieurs secteurs. L’enseignement échappe à cette mesure et il faut s’en féliciter. Il est même prévu d’engager 750 nouveaux enseignants, essentiellement pour la remédiation. C’est un point positif. Toutefois, si l’on examine la courbe démographique, on voit que les écoles devront accueillir davantage d’élèves durant les années à venir. Il y aura donc de fait un nombre  plus important d’élèves par classe», souligne Marc Becker, secrétaire national de la CSC.
Il s’étonne de la forte orientation économique du budget de l’enseignement et regrette que la lutte contre les inégalités ne semble plus vraiment une priorité, contrairement à ce que l’on aurait pu attendre d’un gouvernement PS-CDH. «Il n’y a quasi rien sur la gratuité de l’enseignement, ce qui nous étonne. Et on ne parle presque pas du maternel qui est pourtant le premier lieu de lutte contre les inégalités» constate-t-il. La CSC francophone relaie aussi les craintes du monde enseignant sur la revalorisation des études d’enseignant. Il est question de les allonger, mais cela s’accompagnera-t-il d’une révision financière?  
Enfin, Wallons et Bruxellois de la CSC s’interrogent sur l’avenir de l’accueil de la petite enfance (accueil extra-scolaire, garde d’enfants malades, accueil d’urgence,…). Le budget est garanti jusque fin 2018 (c’est-à-dire jusqu’à l’échéance de l’actuel contrat de gestion). Ensuite, de nouveaux modes de financement sont annoncés, mais sans autre précision. «Quels vont être ces modes de financement? Ce sont des choix importants qui doivent impliquer les différents acteurs concernés, notamment les interlocuteurs sociaux» souligne Marc Becker.