Syndicats et «brosseurs» pour le climat: unissez-vous!

Nous sommes à la veille de la grève internationale du climat, le «Global strike for future». Les travailleurs et militants syndicaux sont invités à rejoindre une des onze manifestations organisées dans toute la Belgique le vendredi 15 mars. Les syndicalistes rejoignent les élèves et les étudiants dans un mouvement appelé «Workers for climate». Ils lancent cinq revendications pour une transition climatique et sociale et pour défendre le pouvoir d’achat des travailleurs dans les débats sur le climat.
 «Agissez. Notre maison est en feu», disait la jeune suédoise de 15 ans, Greta Thunberg, aux entrepreneurs à Davos. En Belgique, des dizaines de milliers d’écoliers et d’étudiants manifestent
depuis plusieurs semaines  pour des mesures politiques ambitieuses et urgentes pour le climat. En même temps, les syndicats ont organisé une grève nationale réussie pour plus de pouvoir d’achat. Nous aussi, travailleurs et travailleuses, voulons une planète viable et un futur pour nos enfants et petits-enfants. Pour cela, Workers for Climate répond à l’appel de quatre-vingt personnalités des mouvements socio-culturels, culturels et syndicaux lancé le 1er février 2019 et se joint aux «marches climat pour un meilleur avenir».
Il n’y a pas d’emplois sur une planète morte. Nous avons besoin d’une action politique rapide et solide pour changer de cap et entamer la transition vers une économie sans impact négatif sur
le climat. Mais la durabilité doit aussi protéger le pouvoir d’achat. Pour cela, il est important que nous nous fassions entendre comme travailleurs.

Cinq revendications 

Workers for Climate formule ces revendications: 
1. Il faut rédiger un plan climat ambitieux et contraignant qui part des recommandations des scientifiques pour réduire le réchauffement climatique à 1,5 degré. Il faut voter une loi climat contraignante qui rend la Belgique neutre en carbone d’ici 2050. 
2. Cette loi climat doit garantir une transition écologique et sociale. La facture ne peut pas être transmise à la population. Les grands pollueurs doivent payer!
3. Nous voulons un seul ministre fédéral en charge du climat, de l’énergie et de la mobilité. Le problème du changement climatique ne s’arrête pas à la frontière linguistique et nous ne pourrons l’affronter si nous sommes divisés.
4. Nous exigeons des solutions politiques qui changent notre modèle économique: des normes d’émission contraignantes pour les entreprises, de l’énergie publique renouvelable, des investissements importants dans les transports en commun, la construction de logements sociaux durables et presque neutres en consommation énergétique… 
5. Il faut renforcer le consensus social et la démocratie! Il faut impliquer la génération climat et les syndicats dans la politique pour réussir cette transition sociale.
Workers for Climate appelle la CSC, la  FGTB et la CGSLB à rejoindre les manifestations pour le climat: «Vous avez les connaissances pour formuler et défendre des préoccupations concernant une transition écologique et sociale, le pouvoir d’achat et la participation des travailleurs. Grâce à vos plus de trois millions de membres, nous pourrons mobiliser encore plus massivement, ce qui sera nécessaire pour maintenir les manifestations jusqu’à la satisfaction de nos revendications. Seuls nous ne sommes nulle part, ensemble on est plus fort. Pour cela, syndicats et brosseurs pour le climat, unissez-vous!»