Ensemble pour dire NON !

Ensemble pour dire NON
Les mesures du gouvernement wallon menacent les services à la population. Le ministre de l’Économie, Pierre-Yves Jeholet, veut réformer le système des aides à la promotion de l’emploi (APE) pour le 1er janvier 2021. Il s’agit d’un financement sous forme de points destiné à aider les ASBL, les écoles et les pouvoirs locaux à engager du personnel. Le ministre le juge «opaque» et veut répartir le budget entre différents ministres du gouvernement, à charge pour eux de l’utiliser pour soutenir l’emploi dans leurs secteurs de compétences.
À l’origine, les interlocuteurs sociaux étaient favorables à une réforme, car, dans les faits, le système APE est un financement structurel du secteur non marchand et des pouvoirs locaux. Mais le projet actuel nous pose problème. Le mode de calcul du financement vers les secteurs de 2019 à 2021 nous fait craindre une diminution des subsides. Et nous n’avons aucune garantie sur le maintien du volume de l’emploi après 2021.
Nous redoutons donc que le projet du gouvernement mette en danger des milliers d’emplois dans les crèches, les maisons de repos, les associations culturelles, sportives et de jeunesse, les écoles, les communes et les provinces, les missions régionales pour l’emploi…
Toutes ces structures, essentielles pour la population, se trouvent déjà dans une situation budgétaire fragile. Si cette réforme se concrétise, elles risquent de l’être davantage encore. Crèches, maisons de repos, organisations culturelles ou sportives devraient alors diminuer leur offre de services tout en augmentant leurs tarifs.
Pour nous, toute réforme des APE doit préserver l’emploi et des services de qualité à la population. Nous le dirons lors d’une manifestation en front commun, le 25 juin prochain à 10h30 au départ de la gare de Jambes. Nous sommes tous et toutes concernés, soyons ensemble pour dire non!
Marc Becker,
secrétaire national de la CSC
en charge des affaires wallonnes