«L’assurance autonomie est une priorité»

L’assurance autonomie est une priorité pour la CSC wallonne. La mesure figure dans la DPR* et doit donc être réalisée sous cette législature. En revanche, pour plus de sécurité des paiements, elle souhaite que le nouveau modèle des allocations familiales entre en vigueur en 2020.
L’assurance autonomie et les allocations familiales sont deux dossiers sociaux qui préoccupent grandement la CSC wallonne. Marc Becker, secrétaire national en charge des affaires wallonnes, s’en est expliqué dans son discours de clôture du congrès.

Enjeu essentiel pour les Wallons, les Wallonnes

Marc Becker n’a pas mâché ses mots: «Ce matin, nous avons adopté une résolution d’actualité sur l’importance d’une assurance autonomie wallonne pour toutes et tous, quel que soit le niveau de dépendance. Inscrit en tant que tel dans la Déclaration de politique régionale, ce  projet est aujourd’hui en rade. On évoque des raisons budgétaires… on évoque aussi à demi-mot des raisons politiques; on sait que ce n’est pas la tasse de thé d’un des partenaires du gouvernement. Je vais être très clair! À partir de ce 13 mai 2017, ce sera une des priorités de la CSC wallonne. Nous n’accepterons jamais - je dis bien jamais!- que ce projet passe à la trappe ou aux oubliettes. Je me fiche des divergences de vue de la majorité gouvernementale. C’est dans la Déclaration de politique régionale, ce doit être une réalité de la fin de législature. C’est un enjeu fondamental pour les Wallonnes et les Wallons. Par la porte ou par la fenêtre… cela doit être sur les rails en 2019.»

Un timing plus raisonnable

Second dossier préoccupant, celui des allocations familiales. Dans ce dossier, au contraire, la CSC wallonne juge irréaliste et déraisonnable le tempo donné par le gouvernement. Marc Becker explique cette position: «En concertation avec les autres Régions, suite à la 6ième réforme de l’Etat, la Wallonie s’est engagée à développer un nouveau modèle au 1er janvier 2019. Ce nouveau modèle a des aspects positifs, d’autres plus négatifs. La CSC wallonne aurait préféré un montant de base moins élevé et des compléments sociaux plus élevés, mais soit, c’est décidé. Quant à la mise en place en janvier 2019… Je dis purement et simplement que c’est de la folie. Transférons l’ancien modèle au 1er janvier 2019: ok! Rodons le mécanisme. Répondons aux imperfections. Pas de problème. Et puis, ajoutons un nouveau modèle (puisqu’on va devoir fonctionner avec deux modèles pendant 25 ans), le 1er janvier 2020.» 
Au nom de la CSC wallonne, il met le gouvernement en garde: «Aller trop vite, c’est prendre beaucoup trop de risques. Les allocations familiales…. C’est un enjeu financier fondamental pour la toute grande majorité des familles de Wallonie. Si des couacs devaient se produire ce serait une catastrophe, pour les bénéficiaires, mais, aussi, et je le crains, pour la cohérence politique de notre Région.»
*DPR: Déclaration Politique Régionale
Crédit photo: Aude Vanlathem